La voie de l’alchimie 

Il n’existe qu’une seule Connaissance Universelle qui s’habille simplement différemment selon les cultures et les époques. Pour accéder à cette Connaissance, chacun trouve sa voie et l’alchimie est la voie de la liberté, pratiquée depuis une éternité et à travers de multiples civilisations. Il y a autant de voies que d’Hommes.

Le but de l’alchimie est de trouver l’âme derrière la matière, c’est la quête du Graal ou de la Pierre philosophale, trouver la Lumière, l'Amour Universel. Purifier la matière pour revenir à l’Unique. L’alchimiste par ses expériences et découvertes, transmute sa vie et se guérit en ramenant l’équilibre, immobile, silencieuse et alignée.

La transmutation est un changement d’état, l’exemple le plus parlant est la transmutation dans la matière du plomb en or, mais la naissance et la mort sont également des transmutations.

La femme alchimiste est une chamane, une femme médecine qui transmute tout ce qui est lourd en léger, tout ce qui est ombre en lumière, qui purifie la matière pour revenir à l’Unique. Elle œuvre dans la matière et en elle-même.

Cette quête a pour nom le Grand Œuvre qui est un processus en trois étapes

L’alchimiste réalise l’œuvre au noir et rencontre des parties d’elle-même oubliées, elle décompose la matière pour la rendre volatile, elle se purifie et passe par une mort d’elle-même. C’est une phase délicate de lente déconstruction. Le chaos est intérieur et une lente libération de la conscience de soi s’opère par le retrait des fixations. Ces fixations peuvent être intérieures et extérieures, comme la situation sociale, familiale, les pensées, les émotions. L’œuvre au noir débouchant sur une mort à une ancienne image de soi qui a été brûlée. L’alchimiste n’a plus peur de ses ombres et les rencontre avec bienveillance. 

Cette femme guérisseuse réalise l’œuvre au blanc, elle unit la lune et le soleil, réunit son féminin et son masculin intérieurs, en mariant ses contraires elle accouche d’elle m’aime. C’est l’union du ciel et de la terre pour une conscience de soi accrue. C’est la phase où l’âme devient consciente d’elle-même en prenant conscience de sa propre nature lumineuse. C’est une phase d’accroissement de la conscience de soi par retrait des projections, une phase d’intériorisation. L’œuvre au blanc permet l’éclairage de l’ombre de toutes les couleurs des sentiments. Jusqu’à l’obtention de la couleur blanche dans la clarté d’une illumination intérieure. Ce n’est qu’un début d’éveil à Soi, et non l’accomplissement final.

Elle applique l'œuvre au rouge sur l'ensemble de sa vie, elle fait la magie sienne, elle est le Monde, les cycles, la vie, elle est la quintessence. C’est le moment où l’alchimiste devient ce qu’il a toujours été, sans le savoir. Cette femme sage trouve l’or en elle et transmet sa lumière, elle se met simplement à éclairer. Elle éclaire son intérieur et rayonne à l’extérieur. Il s’agit d’atteindre la plénitude de Soi et la complétude une fois que tous les morceaux de l’être ont été rassemblés.

 

 

J’ai commencé à pratiquer l’alchimie sans en être consciente il y a de cela plusieurs années à travers mes expériences de la naissance et ma pratique hors des sentiers battus. J'ai déconstruit mes connaissances et mes certitudes pour en créer de nouvelles et c'est un processus en perpétuel évolution.

Et puis j’ai découvert tant de sources de savoirs, que j’y ai mis ma conscience pour en faire mon Grand Œuvre. Ma voie est personnelle et unique, c’est le chemin de ma vie. Je m’inspire de diverses philosophies provenant de diverses cultures, mais qui toutes sont la Connaissance Universelle et Unique. Cela me conduit à trouver les réponses là où je suis née et je vis, dans ma culture et mes origines. Je vis sur la terre des Druides, les alchimistes celtes.