Récit d’un papa

Tout d'abord le choix d'un accouchement à domicile a été très rapide, depuis le début de la grossesse nous étions décidés … Tout en sachant qu'au moindre petit souci durant la grossesse, l'accouchement se ferait à l'hôpital.

L… tenait énormément à mettre au monde son petit bout de chou dans notre appartement surtout pour le coté relaxant… Tu es chez toi, un lieu que tu connais bien, personne en blouse… un bonheur quoi.

Du coup son, enfin même notre, plus grosse hantise durant ces 9 derniers mois, fut de devoir aller a l'hôpital le jour J… Heureusement, L… a eu une grossesse impeccable, elle a travaillé jusqu'au 8ème mois… et même un peu plus…

Le jour J…rien, le lendemain…toujours rien…elle commence à avoir peur car après le 12 mai, il faut obligatoirement aller à l'hôpital…et puis mercredi matin, le 5, à 3h30, L… me réveille… « ca y est, je crois que ça commence… » Mais très relaxée la future maman… Je lui demande si je dois rester, car les douleurs ne sont pas bien violentes… habituellement je me lève à 5h30 pour débuter le travail à la boulangerie à 7h… Elle me dit que je peux aller bosser, vu que les douleurs n'étaient pas très fortes nous pensions que cela allait durer un long moment… Mais vers 6h30, je me suis rendu compte que les douleurs étaient plus fortes et plus rapprochées… J'appelle donc mes collègues, ils se passeront de moi aujourd'hui…

A 8h, j'envoie un texto au 2 sages-femmes qui ont suivi L… durant toute la grossesse, une des deux doit passer 20 minutes tard.

Elle arrive, fait un examen…et annonce que le bébé est bientôt là, il est 8h30

Elle appelle donc sa collègue et vers 9h tout le monde est opérationnel et les contractions commencent…

Le travail de la femme est très dur à ce moment-là et pour ma part je me demandais un peu ce que je devais faire… Durant tout le temps où j'ai été ambulancier (que ce soit dans le prive en France, au SAMU ou en Suisse) j'ai assisté à 9 accouchements, à chaque fois je savais quoi faire…mais là, je me suis senti un peu couillon il faut avouer… bref, L… marche à travers tout l'appartement, moi, je prépare une tasse de café aux sages-femmes et sors les biscuits… Puis la future maman, s'installe au lit, les cafés attendront…

La « poussée » commence, mais cette fois pas de « flexion, touchez, pause…. » (les rugbymen comprendront)… ça s'annonce long… Dawn et Creaghan (les sages-femmes) font un travail très pro… Elles conseillent à L… d'aller prendre une douche, durant une bonne demie heure, je masse le dos de L… à l'eau chaude, à notre retour de la salle de bain, elles ont installé serviettes, coussins, couvertures, juste devant la cheminée (que j'avais allumé au début des contractions)… et la poussée continue, il est midi !

Mais c'est long, très long et L… se fatigue… je regarde Dawn et attend une solution de sa part… elle me parle de partir pour l'hôpital, pour moi pas de souci, mais L… ne veut pas !!!

Alors on se fixe une heure, si le bébé n'est pas la avant 13h00…zou direction l'hosto !

 L… se met a pousser un peu plus fort, Creaghan commence à voir le dessus du crâne, elle me demande si je veux voir… mais je refuse, la raison : dans mes souvenirs, cette vision n'est pas très belle, et puis j'avais toujours entendu qu'un homme qui voit sa femme dans cet « état » la désirera moins par la suite….c'est une belle connerie…vous le verrez plus tard.

Pour essayer de vous imaginer la scène, L… est par terre sur un petit nid fait de couvertures, coussins et serviettes, contre le canapé, moi je suis à genou sur le canapé, à la tête de L…, Creaghan, à 4 pattes sur le plancher à guetter toute arrivée, et Dawn ausculte le cœur du bébé régulièrement.

Mais ça ne veut pas venir… Allez, dernière chance, nous retournons dans la chambre, et si dans 10 minutes, elle n'est pas là, on s'en va !

On se retrouve donc tous les 4 sur le lit, Kiwi (notre chat) reste sur le rebord de la fenêtre à nous observer… mais toujours rien, ça m'énerve, mais que ce passe-t-il ?

Et puis mince, je veux voir, et là, une belle vision, un petit haut de crane tout chevelu… « Oula, ma puce, vas y pousse, je vois notre bébé… »  et pour être honnête, cette vision reste un des meilleur souvenir…

Voyant la tête sortir millimètre, par millimètre, je peux mieux motiver L.… et je vois qu'elle pousse de plus en plus et de mieux en mieux surtout… Et puis autour de 13h15, une petite tête sort !!! Et quelques secondes après, le reste suit… c'est merveilleux… Les sages-femmes posent le bébé immédiatement sur L…, je coupe le cordon… Puis elle me demande de retirer mon t-shirt et de m'occuper du bébé…ici, on appelle ça le « skin to skin » (peau à peau).

Petite parenthèse, ces quelques lignes ci-dessus, sont faciles à lire mais dans la réalité, j'ai l'impression que tout est allé très vite et je me suis retrouve torse nu, notre fille dans les bras devant le feu sans me souvenir du moment précis où le corps du bébé sort…

Les sages-femmes s'occupent de L… dans la chambre et moi je suis tout seul, K... dans les bras âgée de quelques minutes seulement… les larmes montent…

Les soins postnataux se passent bien, je mets quelques croissants au four pendant que L… se prépare à donner le sein.

2 heures plus tard, nous nous retrouvons tous les 3 dans notre appartement… tout c'est bien passé…

Et c'est parti pour une nouvelle vie… alors ceux qui le peuvent, nous vous conseillons d'avoir votre enfant à domicile, évidemment, nous ne pouvons pas comparer mais nous pensons que cela rend le moment encore plus intime et pour ma part je pense que le papa est plus impliqué.